Rechercher

Les émotions, des compétences à développer au sein des entreprises !

Dernière mise à jour : 24 mai

Le sujet des émotions dans les entreprises est de plus en plus fréquent.

La notion d’intelligence émotionnelle, fortement développée par Daniel Goleman, porte dans l’air du temps les émotions et leur reconnaissance dans le contexte professionnel. Pour autant, changer les habitudes n’est jamais simple : les émotions sont encore largement considérées comme tabou, souvent mal perçues, elles sont souvent jugées comme un signe de faiblesse sur le lieu de travail.



Pourquoi ne peut-on pas mettre nos émotions sous le tapis quand nous sommes au travail ?


Nos émotions sont des indicateurs qui nous invitent à mettre en place des actions adaptées face aux situations que nous rencontrons.

Elles sonnent l’alerte quand une situation nous impacte.

Ne pas savoir écouter nos émotions, c’est oublier que nous sommes dépendants d’elles… ne pas vouloir écouter nos émotions ou celles des autres ne les font pas disparaître, bien au contraire !


Quand l’émotion est trop forte, c’est le bazar dans les étages !


Notre cerveau fonctionne par niveaux, l’étage le plus élevé est celui où se trouve notre néocortex, c’est la zone qui nous permet de prendre du recul sur les situations, de chercher des solutions d’une manière réfléchie et construite… on l’appelle aussi le cerveau cartésien.


L’expression de nos émotions se situe un niveau en dessous, dans la partie limbique. Pour faire simple, lorsque notre charge émotionnelle devient trop forte, elle neutralise l’ascenseur qui permet de monter au néocortex… A ce moment-là, je ne peux pas me détacher de mon émotion et je n’ai pas la possibilité de passer en mode « recherche de solutions ».


Dans ce cas précis, quand un salarié est dans cette situation, il est bloqué et en prise avec ses émotions et son énergie consacrée habituellement à son travail sera concentrée sur son émotion et le problème qui la génère. Si personne ne l’aide à baisser sa charge émotionnelle, il reste verrouillé dans son limbique et perd une grande partie de son efficacité au travail car toute son énergie est absorbée par ses émotions négatives !


Quand nos émotions nous gouvernent, que ce soit au travail ou dans la sphère privée, elles ont la fâcheuse tendance à nous pousser dans le mauvais sens !



En quoi l’intelligence émotionnelle représente une ressource précieuse pour les entreprises ?


L’intelligence émotionnelle est un ensemble d’aptitudes émotionnelles et sociales influençant la façon dont nous percevons nos émotions et dont nous nous exprimons. C’est grâce à elles que nous pouvons développer et maintenir de bonnes relations sociales et que nous pouvons agir dans la difficulté.


Face à nos émotions, nous pouvons basculer du côté obscur de la force !


Envisageons deux façons de gérer une émotion :


1/ Le côté obscur : Je ne gère pas mon émotion, la colère devient l’action, je crie, je vocifère, je juge, je fais des reproches, j’accuse, j’attaque… on imagine facilement que ce n’est pas la meilleure méthode pour trouver des solutions alternatives à ce qui génère ma colère. Ce qui est certain, c'est que cela impactera très fortement le champs émotionnel de mon interlocuteur !


2/ Le côté lumineux : Je gère mon émotion, j’ai conscience de sa présence et de ce qu’elle cherche à me dire, je me détache suffisamment d’elle pour renvoyer son message initial : j’ai compris que ma colère m’indique que ma valeur « respect » est touchée, pour une raison bien précise je ne me sens pas suffisamment considéré, j’exprime mon ressenti, les faits précis qui y sont liés, les solutions alternatives permettant d’améliorer la situation…


Dans la première situation je subis mon émotion et je pers le contrôle, dans la deuxième situation je construis grâce à mon émotion !


Développer nos compétences émotionnelles nous permet d’utiliser les informations émotionnelles de façon efficace et appropriée.


Les applications de l'intelligence émotionnelle utilisées en entreprises sont nombreuses : développement du leadership et des compétences managériales, gestion de carrière, recrutement, gestion des conflits, confiance en soi…



Pourquoi intégrer l’intelligence émotionnelle dans les entreprises est plus que jamais d’actualité ?


Nous sommes dans une société en tension et de fait, nous sommes nous aussi tous en tension émotionnelle : Le COVID, les impacts collatéraux de la guerre en Ukraine, la crise économique, etc… génèrent des impacts émotionnels pour les dirigeants d’entreprises et pour les salariés.

Ces impacts sont multiples et génèrent des torrents d’émotions tels que le stress, la peur, l’inquiétude, la colère ou encore la tristesse.


Quand nous sommes en période de tension, il faut d’autant plus rassurer… mais nos émotions nous poussent parfois à contre-sens !


Les dirigeants et les managers doivent faire face à leurs propres émotions et à celles de leurs collaborateurs. Si les premiers n’ont pas de prise sur leurs propres émotions, il n’est pas envisageable de pourvoir aider les seconds à bien les gérer.



Comment peut-on développer ses compétences émotionnelles ?


Pour améliorer notre intelligence émotionnelle, la première étape consiste à tester notre Quotient Emotionnel.

L’outil d’évaluation du QE (quotient émotionnel) EQ-i®, développé par le Dr Reuven BAR-ON a la particularité d’être soumis à validation scientifique.

Il permet de faire un état des lieux de 15 compétences émotionnelles et nous montre les zones de déséquilibres entre certaines compétences étroitement liées.


Evaluer son Quotient Emotionnel permet d’identifier ses ressources émotionnelles et de les développer.


En utilisant nos « compétences hautes » nous pouvons agir pour développer nos « compétences basses ».


Le monde du travail a évolué, les postures du dirigeant et du manager doivent davantage s’inscrire dans une position de coach et, par définition, le coach interroge et s’interroge…


Vous êtes dirigeant ou manager, quelle culture émotionnelle souhaitez vous instaurer au sein de votre entreprise ?





23 vues0 commentaire