top of page
Rechercher

Comment gérer ses émotions au travail ?

Les émotions ont longtemps été bannies du monde du travail.

Aujourd'hui, ce sont des éléments reconnus par les dirigeants et les DRH car elles portent en elles de nombreux avantages.

La question est de bien savoir les comprendre et les interpréter pour les utiliser et les gérer au mieux.


L'intelligence émotionnelle est une des compétences les plus recherchées en entreprise actuellement.



Comprendre les émotions :


Les émotions sont des indicateurs qui sont censés générer des « actions-réponses ».


Je perçois une émotion de colère, elle doit m’amener à poser une ou plusieurs actions pour répondre aux besoins exprimés par cette colère.


Pour autant, il est rare que nous arrivions à réaliser cela quand l’émotion est ressentie de manière trop forte.

Dans ce cas, très souvent l’émotion devient l’action :

notre action devient la colère dans notre expression, notre focalisation et notre posture.



La surcharge émotionnelle a plusieurs impacts :


- Elle génère des sécrétions d’hormones qui influent particulièrement sur nos comportements : certaines hormones de notre organisme conditionnent notre comportement et jouent un rôle sur notre humeur.


- Elle bloque l’accès des informations entre deux étages de notre cerveau : le limbique qui est notre cerveau émotionnel et notre néocortex qui est notre cerveau cartésien.

Quand l’émotion est trop forte l’accès au néocortex est verrouillé, ce qui nous maintient dans notre ressenti émotionnel et empêche toute perspective de recherche de solutions.

C’est également le cas quand notre stress est trop important.



Bien utiliser ses émotions :


Quand nous avons compris que l’émotion n’est qu’un indicateur, c’est à nous d’agir en conscience.


  1. J’ai conscience que l’émotion est un indicateur...

  2. Si mon émotion me submerge et devient l’action elle-même, alors c’est à moi d’agir en conscience pour faire baisser cette surcharge émotionnelle...

  3. La pression redescendue, j’aurai la capacité de prendre du recul et d’envisager des solutions à ma problématique.



Une émotion doit être accueillie et non subie :


Accueillir l’émotion, c’est l'accepter et l'observer sans la juger ni me juger.


J’ai une émotion, ok… de quoi m’informe-t-elle ? De quoi veut-elle me protéger ?


Subir l’émotion, c’est déjà avoir un préjugé qui vise à donner un aspect « négatif » à l’émotion.


Je suis en colère, c’est toujours pareil, je fais le maximum, qu’on ne compte plus sur moi, etc…



De quelles émotions parle-t-on ?


Les émotions qui doivent être exprimées sont surtout celles qui nous mettent en situation de blocage.


Les émotions qui freinent, qui empêchent… toutes les émotions qui impactent le bon fonctionnement de la personne dans ses missions, du service et donc de l’entreprise.



Comment gérer ses émotions ?


En libérant l’expression de ses propres émotions !


Attention, il ne s’agit pas de mettre en action l’émotion et donc d’exploser de colère à tout bout de champs.

Il est question de nommer ses émotions pour libérer la surpression émotionnelle.


Ce matin, je me sens en colère et ce sentiment me bloque dans ma relation avec Paul…



Quel est le rôle du manager dans l’expression des émotions ?


- Comme tout bon manager, commencer par donner l’exemple en faisant déjà ce travail sur lui-même avec ses propres émotions.


- Aider ses collaborateurs à comprendre, accueillir et exprimer leurs émotions.


Comment te sens tu ? Que ressens-tu ? Je comprends que tu puisses être déçu par cette situation… Je comprends que tu puisses être en colère…


C’est cette phase de décompression qui est obligatoire pour permettre par la suite la prise de recul et la recherche de solutions.


Partez du principe qu’aucune recherche de solutions efficace n’est possible quand l’émotion est trop forte.


- Le manager doit être un « facilitateur émotionnel », il doit mettre l’autre en configuration d’expression émotionnelle.

Il doit comprendre et accepter sa propre vulnérabilité pour accueillir sans jugement la vulnérabilité de l'autre.


Le manager d’aujourd’hui doit avoir une intelligence émotionnelle développée et il doit travailler activement sur ce point.



L'intelligence émotionnelle, une compétences clé dans les entreprises :


L'intelligence émotionnelle dont dispose le manager lui permet de gérer ses émotions afin de prendre les bonnes décisions dans les situations de tension, tant pour lui que pour son équipe.

Le manager « émotionnellement intelligent » est capable de ressentir et de décrypter (et donc d’anticiper) la manière dont ses collaborateurs réagissent à son leadership.

Il le fait en prêtant attention aux signes verbaux et non verbaux et en encourageant les interactions positives avec ses collaborateurs.



Qu'est-ce que l'intelligence émotionnelle ?


L’Intelligence émotionnelle est un ensemble d’aptitudes émotionnelles et sociales influençant la façon dont :

  • nous percevons nos émotions,

  • nous nous exprimons,

  • développons et maintenons des relations sociales,

  • agissons dans la difficulté,

  • utilisons les informations émotionnelles de façon efficace et appropriée.

L'intelligence émotionnelle s'évalue notamment grâce au test EQ-i 2.0®


Le manager "émotionnellement intelligent" doit apprendre à se connaître, faire un travail sur lui pour comprendre sa propre complexité en vue d'accepter la complexité de l'autre.


S'il n'est que dans l'application de méthodes et l'utilisation d'outils, il sera amené à faire de nombreuses erreurs qui le détacheront de son équipe.




Connaître les mouvements de la brasse ne nous permet pas forcément de dépasser les blocages qui nous empêche d’apprendre à nager.




45 vues0 commentaire
bottom of page